After four months of heavy exposure on French TV in 2008, many people thought Quentin Mosimann’s artistic path would be nothing but common. Under the spot lights of his uprising fame and signed by the biggest major company, everything was set to mute this young artist into one more throwable star. Once exposed to the almighty music industry’s rules, he had to learn how to hide his deep love for electronic music, while his first album hit the stores with a stunning success (‘Duel’ is double-platinium certified). However, this wild night bird already had something else in mind, dreaming of larger horizons based on a wide range of electronic sounds.

A long time before winning the most looked after vocal French TV show, he defined his strong identity hanging out with his buddies, all DJ’s and hard-level clubbers. Just like them, Mosimann considered his decks as his first girlfriends, improving his own skills step by step, through self-taught technics. He also used to deejay in order to pay for his studies, by the way. Therefore, once he gained popularity, he naturally skipped his voice to focus on deejaying. Transition was not brute, though, as his creativity led him to mix a bit of his two natural skills. Respecting his high taste for club culture and electronic music, he went through his music collection and updated his vision of a high-energy dance music.

There was no other option for him to loop out the very predictable mainstream format. Proud of the French heritage, inspired by some of his fellow heroes (Jean-Michel Jarre, Cerrone, Daft Punk, Laurent Garnier, David Guetta or, more lately, DJ Snake), he worked hard to build a new musical avatar powered by his strong passion for mixing. Behind his « Change Your Mind » baseline, his will to redefine deejaying came early in his mind. You just need to see him acting live to testify his incredible ability to perform and do the show. Forget about the classical image of all these DJ’s satisfied with beat-matched transitions. Mosimann sacrifies his body and shares a wild and sweaty creativity. He plays with the crowd and stretches all kind of emotions into an euphoric danceable experience. He beats the tempo, plays the drums, scratches, sings and jumps like an LFO. Freed from any format, he loves mixing in the darkness of clubs as well as spotting the largest festival stages, offering then an overwhelming performance. Each of his spectacular shows is driven by his intention to give the best.

Gifted artist, he drew his own path managing to bring the largest audience to his large electronic culture, somehow underground. After seven years of a solid progression, which four of them were lightened by a solid ranking within DJ Mag’s Top 100 DJs, some new perspectives seem to appear now. Even if his hectic touring schedule bounds him to travel a lot, he has recently increased his studio schedule, composing new material and jamming on his synths and drums. Still working as an ambivalent artist, he tries to clone himself to combine his love for Pop with a powerful club energy. Circling back all of his deepest influences and inspirations, Mosimann acts like a chemist looking for unexpected recipes. Mind your ears, you shall be surprised right soon.

A la sortie de quatre mois d’hyper-médiatisation au cours de l’année 2008, beaucoup pensaient que la carrière de Quentin Mosimann s’enliserait dans une certaine banalité. Sous les projecteurs de la célébrité, pris en main par la plus grosse maison de disques internationale, tout était réuni pour faire de ce jeune artiste insaisissable une énième vedette périssable. Alors aspiré par sa soudaine mise en lumière, amadoué par la bienveillance du star-system, Quentin Mosimann a dû apprendre à canaliser son amour profond de l’électro, rejoignant ainsi les têtes de gondole des rayons musicaux avec un premier album créé à force de compromis. Malgré un succès commercial probant (l’album ‘Duel’ a été certifié double disque d’or), cet oiseau de nuit dans l’âme rêvait pourtant déjà de prendre son envol vers d’autres horizons, que ce soit au niveau de l’écriture en anglais ou bien de sonorités électroniques plus affirmées.

Bien avant de sortir victorieux de l’émission vocale la plus regardée de France, il s’était en effet forgé un solide caractère au côté de ses amis sudistes, tous DJ et clubbers invétérés. Autodidacte et aventurier, Quentin Mosimann a tout comme eux vu en ses platines ses premières petites amies. Alors une fois exposé au plus grand nombre, l’idée d’éclipser ses cordes vocales au profit du deejaying n’a pas mis bien longtemps à germer, même si la transition fut naturellement plus longue qu’un seul claquement de doigts. Perfectionniste et respectueux d’un patrimoine culturel souvent ignoré, il s’est replongé dans son immense collection de disques, tout en mettant à jour les techniques de mix qui l’ont vu s’épanouir dès l’adolescence, au gré de furtives apparitions dans les clubs du sud de la France nécessaires pour finir ses études.

Il lui était impossible de se contenter de la monotone et trop convenue variété. Pas ici, dans un pays où les musiques électroniques ont été sublimées par des génies précurseurs aussi inspirés que Jean-Michel Jarre, Cerrone, Daft Punk, Laurent Garnier, David Guetta ou encore, plus récemment, DJ Snake. Béni par la richesse de l’héritage french-touch, Mosimann a réussi à transgresser sa passion du mix pour construire sa véritable identité artistique.

Derrière son slogan « Change Your Mind », son envie de redéfinir le deejaying n’a jamais fait de doute. Il suffit de le voir en scène pour témoigner de son sens inné du spectacle, alimenté par une énergie débordante, à toute épreuve. Oubliez donc l’image du DJ formaté qui se satisfait de ses transitions au tempo. Mosimann met en exergue tous ses talents au service de sa créativité. Il exulte tout en venant chatouiller les cinq sens de son public. A l’image d’un grand huit, ses prestations retournent les dancefloors tant elles sont généreuses et jubilatoires. Mosimann bat le tempo avec fougue, il scratche, chante et fait don de son corps. Libre comme l’air, il trouve dans l’intimité des clubs le terrain d’expression idéal. Quand vient la largesse des main stages des festivals, il augmente encore plus la dose de spectacle, se mettant même parfois dans de drôle de postures, perché sur un plan incliné. Mosimann ne veut plus rien cacher. Chacune de ses apparitions est une offrande.

Sous une bonne étoile, Mosimann a écrit son destin. Populaire, il s’est toujours employé à convertir le grand public à sa passion pour une culture électronique parfois même underground. Après sept ans de progression constante, dont déjà quatre scellées par une présence au sein du prestigieux classement Top100DJs, de nouvelles perspectives s’offrent aujourd’hui à lui. Même si sa vie de DJ globetrotter lui apporte toujours autant de satisfaction, il passe de plus en plus de temps en studio, toujours fasciné par ses machines. Entouré de ses nombreux synthétiseurs et de sa batterie, il continue de travailler sur la dualité et d’affiner son inébranlable ambivalence artistique. Comme s’il cherchait à se dédoubler, Mosimann aime mettre sur pied des projets d’un nouveau genre. Quand la Pop se reflète dans les strobes de son énergie club et la sueur devient le flux d’émotions toujours plus fortes, la magie n’est jamais loin. Depuis ses débuts, c’est dans l’art de la combinaison et des mélanges qu’il s’exprime le mieux. Qu’on se le dise, son alchimie singulière n’est pas prête de partir en fumée…

VIDEO ON TOUR

SHOP

Coming soon

fan-club-2017
snap-mosimann
snap-change-your-mind

2.-Logo-QMP-AGENCY

Maud Brooke

Maud BROOKE
Manager – Agent

1466135414_facebook1466135423_twitter1466135430_mail

Camille Morlan

Camille MORLAN
Tour Manager – PR

1466135414_facebook1466135423_twitter1466135430_mail

TO BOOK MOSIMANN, YOU CAN FILL OUT THIS FORM


Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterVisit Us On YoutubeVisit Us On Google Plus